de fr it

Landry

Famille de maçons, d'entrepreneurs et d'architectes yverdonnois, originaire de Belleperche (comm. Les Verrières). Henri (1744-1822) est reçu habitant d'Yverdon en 1779. Maçon attitré de la ville et de ses habitants, il y construit le bâtiment des prisons en 1806. Son fils Louis (1791-1858), reçu bourgeois en 1827, élu municipal libéral en 1836, lui succède. La porte de Gleyre (1817), la transformation du château des Clées (1831), le clocher de l'église de Cronay (1835) figurent parmi les nombreuses constructions et projets qu'il réalise, en ville et dans la région. Louis transmet l'entreprise à ses fils, François (Samuel), dit Francis (1819-1890), et (François) Jules (1820), qui se séparent en 1866. On doit à Francis l'ancien casino (1843, avec son père), la gare (1858), l'îlot de la rue du Casino (1861-1863), la chapelle de l'Eglise libre de Sainte-Croix (1854), le collège catholique d'Echallens (1874). Emile (∗︎1845) travaille comme maçon avec Jules, son père. John (1849-1926), fils de Francis, suit dès 1866 une formation d'architecte-ingénieur à l'école spéciale de Lausanne et prend la direction de l'entreprise, qui reste très active. En 1898, il élabore le premier plan d'extension d'Yverdon, dont il devient syndic de 1906 à 1909, et se retire des affaires en 1918.

Sources et bibliographie

  • Dossier généal., ACV
  • D. de Raemy, P. Auderset, Hist. d'Yverdon, 3, 1999