de fr it

GerhardHuber

4.9.1923 à Bâle, 4.11.2007 à Zurich, protestant, de Bâle et Oberkulm. Fils d'Adolf Huber, caissier de banque, et d'Emma née Gertsch. 1948 Elfriede Abrahamowicz. Gerhard Huber étudia le droit, la psychologie et la sociologie à Bâle et Genève (1942-1947). Il obtint les titres de docteur en droit (1947) et ès lettres (1950) à l'Université de Bâle, où il fut reçu à l'habilitation en 1950. Huber fut professeur ordinaire de philosophie et pédagogie à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (1956-1990). Membre de l'Institut international de philosophie à Paris dès 1967, il en fut le vice-président de 1994 à 1997. Ses principaux travaux portent sur l'histoire de la philosophie (grecque surtout), la métaphysique, la théorie de la connaissance, l'éthique et l'analyse philosophique du monde contemporain (Gegenwärtigkeit der Philosophie, 1975). Huber s'impliqua également dans la politique suisse des hautes écoles et de la recherche et fut vice-président (1973-1978), puis président (1978-1982) du Conseil suisse de la science. Son ouvrage Eidos und Existenz (1995) est un classique de la philosophie contemporaine.

Sources et bibliographie

  • Huber, Gerhard: Das Prinzip der Effektivität im Völkerrecht, 1947.
  • Huber, Gerhard: Platons dialektische Ideenlehre nach dem zweiten Teil des «Parmenides», 1951.
  • Huber, Gerhard: Das Sein und das Absolute. Studien zur Geschichte der ontologischen Problematik in der spätantiken Philosophie, 1955.
  • Huber, Gerhard: Gegenwärtigkeit der Philosophie. Vorträge und Aufsätze, 1975.
  • Huber, Gerhard: Eidos und Existenz. Umrisse einer Philosophie der Gegenwärtigkeit, 1995.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 4.9.1923 ✝︎ 4.11.2007

Suggestion de citation

Weber, Alexander: "Huber, Gerhard", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 30.07.2021, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/047713/2021-07-30/, consulté le 28.11.2021.