de fr it

Histoire culturelle

Dans les années 1990, l'histoire culturelle est devenue un concept directeur important de la science historique occidentale (Histoire). Il ne s'agit pas d'une théorie uniforme qui stipule comment devrait être organisée la connaissance historique. Elle ne définit pas non plus de normes sélectionnant des thèmes dignes d'être étudiés. Elle se caractérise au contraire par une pluralité d'approches issues de diverses disciplines et traditions ayant en commun la conscience que toute connaissance est liée à la langue, à la communication et, par là même, à la culture; c'est, en d'autres termes, la reconnaissance de la médiation culturelle de toute pensée, sensibilité et action historiques.

Le tournant dit culturaliste de l'historiographie fut une réaction au scepticisme qui, depuis les années 1970, avait remis en question la possibilité de planifier le progrès. Ce fut aussi une réaction à certaines carences, par exemple de l'histoire sociale, qui avait laissé de côté l'individu comme sujet agissant et ignoré la force de l'expérience sociale. Vers 1990, l'histoire culturelle devint un concept directeur capable d'absorber différents courants: l'histoire de la vie quotidienne allemande, l'histoire des mentalités, issue de l'école française des Annales, la microhistoire italienne (étudiant des cas particuliers à petite échelle), de même que l'anthropologie culturelle anglo-saxonne (Anthropologie, Histoire du corps). Elle a aussi été fortement influencée par la linguistique française, en particulier par l'analyse du discours de Michel Foucault. En Suisse, toutes ces données ont été accueillies de bonne heure et intégrées dans la recherche ordinaire, sans toutefois que se forme une école spécifiquement suisse de portée internationale.

L'histoire culturelle se qualifie elle-même de "nouvelle" histoire culturelle, se distinguant ainsi de l'ancienne qui, dès l'époque des Lumières, avait annoncé l'irrésistible "culturalisation" de l'homme. En Allemagne, notamment, la culture a été restreinte pendant longtemps à une culture des classes supérieures, idée qui survit dans la compréhension, aujourd'hui dépassée, de la culture comme histoire des genres artistiques particuliers. Un des pionniers de la nouvelle histoire culturelle fut le Suisse Jacob Burckhardt, historien de l'art, pour qui la culture représentait, à côté de l'Etat et de la religion, l'une des trois "puissances" historiques.

Sources et bibliographie

  • U. Daniel, Kompendium Kulturgeschichte, 2001
  • S. Burghartz, «Historische Anthropologie/Mikrogeschichte», in Kompass der Geschichtswissenschaft, éd. G. Lottes, J. Eibach, 2002, 206-218
  • Ph. Poirrier, Les enjeux de l'hist. culturelle, 2004
  • J. Tanner, Historische Anthropologie zur Einführung, 2004
  • P. Burke, Was ist Kulturgeschichte?, 2005 (anglais 2004)