de fr it

Internet

Internet relie, sur le plan mondial, l'ensemble des réseaux d'ordinateurs indépendants. Ce "réseau des réseaux" permet de communiquer et d'échanger des données. Sa gestion étant décentralisée, chaque ordinateur peut, en principe, être connecté à n'importe quel autre. Son appellation courante, "le web", raccourci tiré de l'anglais, est trompeuse car le World Wide Web (WWW) n'est en réalité que l'une de ses nombreuses applications. Internet fournit également des protocoles de transfert de fichiers (FTP pour File Transfer Protocol, Telnet), une messagerie électronique (e-mail ou courriel) et permet les discussions de groupes.

Tim Berners-Lee à son poste de travail au CERN à Genève. Photographie, 1994 © CERN, CERN-GE-9407011-31.
Tim Berners-Lee à son poste de travail au CERN à Genève. Photographie, 1994 © CERN, CERN-GE-9407011-31. […]

Internet remonte aux années 1960. Sous le coup du "choc Spoutnik", le gouvernement américain créa l'Advanced Research Project Agency (ARPA, aujourd'hui DARPA), agence qui avait pour but de créer un système de communication décentralisé, susceptible de fonctionner même en cas de guerre atomique. Internet servit à relier les universités et les instituts de recherche, tout d'abord aux Etats-Unis, puis dans le monde entier. Le nom ne s'imposa que dans les années 1980, lorsque furent adoptées les bases techniques, toujours valables, du protocole TCP/IP (Transfer Control Protocol/Internet Protocol). Au début des années 1990, le système s'imposa grâce à l'invention de Tim Berners-Lee, chercheur au CERN, qui créa le web en 1989. Cette application permet de lier facilement, par hypertexte, des fichiers de contenus divers (textes, images, sons), stockés dans des ordinateurs dispersés, au moyen d'une interface graphique utilisateur (browser). L'ouverture simultanée d'Internet aux usages commerciaux provoqua un boom dans la seconde moitié des années 1990.

En Suisse, Internet ne s'imposa que tardivement. En 1987, la Confédération et les universités fondèrent Switch, fondation destinée à la mise en place de services téléinformatiques à l'usage de l'éducation et de la recherche. En 1989, toutes les universités suisses étaient reliées par l'intermédiaire de Switchlan, réseau qui respectait aussi les standards d'Internet. Des bibliothèques ainsi que les premières entreprises s'y connectèrent en 1990 et un raccordement par bande passante large au réseau des hautes écoles et instituts de recherche américains fut réalisé. La même année, Switch devenait centrale d'enregistrement pour les adresses Internet avec le nom de domaine supérieur ".ch". En 2016, elle a remis la vente des noms de domaine à des revendeurs privés et se limite depuis à la tenue du registre.

Antenne de communication mobile près d’une croix de sommet à Bürchen, dans le canton du Valais. Photographie du 14 mars 2007 © KEYSTONE / Martin Ruetschi, image 38154845.
Antenne de communication mobile près d’une croix de sommet à Bürchen, dans le canton du Valais. Photographie du 14 mars 2007 © KEYSTONE / Martin Ruetschi, image 38154845. […]

La forte progression d'Internet s'observe aussi en Suisse dès 1995. Elle a fait naître de nombreuses et nouvelles activités (cybercommerce, cyberfinance, cyberadministration ou cyberéducation). L'informatisation a modifié la relation à l'information, dont l'accès a été facilité, tout en forçant les internautes à acquérir de nouvelles compétences (information literacy, soit alphabétisation informationnelle). Plusieurs grandes entreprises de la branche ont des succursales en Suisse. La plateforme de vente aux enchères eBay a ouvert son siège européen à Berne en 2003 et le moteur de recherche Google un centre de recherche à Zurich en 2004.

Après les premières années de boom, la progression d'Internet en Suisse s’est poursuivie. En 1997, 15% de la population seulement déclarait l’avoir utilisé au moins une fois au cours des six derniers mois, le chiffre s’élevait à 68% en 2004 déjà, à 85% en 2011 et à 90% en 2017. Le pourcentage d’utilisateurs se connectant plusieurs fois par semaine est passé de 54% en 2004 à 85% en 2017. Cette croissance a été largement favorisée par la possibilité d’accéder à l’Internet mobile par smartphone. En 2010, lors de déplacements, 76% des personnes naviguant sur Internent utilisaient un ordinateur portable et 56% le téléphone mobile, alors qu’en 2017 98% se servaient du téléphone mobile et seulement 39% de l’ordinateur portable.

Utilisation d'Internet (1997-2016) - Source: Office fédéral de la statistique © 2018 DHS et Marc Siegenthaler, Berne.
Utilisation d'Internet (1997-2016) - Source: Office fédéral de la statistique © 2018 DHS et Marc Siegenthaler, Berne. […]

L’emploi croissant de réseaux sociaux (Facebook, Twitter) et de services (par exemple la messagerie WhatsApp) a aussi joué un rôle décisif dans cette évolution. Les services de l’Internet mobile disponibles pour les téléphones portables touchent de nombreux domaines: communication, information, divertissement, trafic, économie, consommation. Cela soulève des questions relatives à la protection et à l’utilisation des données découlant de l’usage individuel d’Internet. Les dangers potentiels de dépendance à Internet et, après les élections présidentielles américaines de 2016, les possibilités de manipulation d’élections et de votations par l’effet des "bulles de filtres" sur les réseaux sociaux sont également discutés.

En 1996, le Conseil fédéral a constitué un groupe de réflexion indépendant, qui a publié un rapport (Pour une société de l'information en Suisse, 1997), à partir duquel il a défini sa stratégie, qu'il a révisée en 2006 et qui, dès 1998, a été mise en œuvre par la Confédération sur une base décentralisée. Le Groupe de coordination interdépartemental Société de l'information (GCSI), rebaptisé en Comité interdépartemental pour la société de l'information (CI SI) coordonne les activités et publie chaque année un rapport sur les changements stratégiques.

En 2016, le Conseil fédéral a adopté la stratégie "Suisse numérique", destinée à coordonner et développer les nombreuses activités que la Confédération mène en dialogue avec l’économie, les milieux scientifiques, la recherche et la société civile. Cette stratégie est gérée par la Direction opérationnelle Suisse numérique (GDS) de l’Office fédéral de la communication.

Ouvrier montant des câbles à fibre optique dans une boîte de distribution pour la connexion Internet de ménages privés à Gorduno. Photographie du 10 février 2015 © KEYSTONE/Ti-Press, Carlo Reguzzi, image 237917945.
Ouvrier montant des câbles à fibre optique dans une boîte de distribution pour la connexion Internet de ménages privés à Gorduno. Photographie du 10 février 2015 © KEYSTONE/Ti-Press, Carlo Reguzzi, image 237917945. […]

Sources et bibliographie

  • Centre européen de recherches économiques et de conseil en stratégie, Prognos (éd.): Die Schweiz auf dem Weg in die Informationsgesellschaft, 1997.
  • Gillies, James; Cailliau, Robert: How the Web Was Born. The Story of the World Wide Web, 2000.
  • Huber, Maja: La société de l'information en Suisse. Etat des lieux et perspectives = Informationsgesellschaft Schweiz. Standortbestimmung und Perspektiven, 2002.
  • Simon, Christian; Wäfler, John: Bundesaktivitäten für die Informationsgesellschaft. Evaluation der Strategie und der Umsetzungen. Bericht zuhanden des Ausschusses der Koordinationsgruppe Informationsgesellschaft und der Arbeitsgruppe Wissenschaftliche Begleitung, 2002.
  • Pariser, Eli: The Filter Bubble. What the Internet is Hiding from You, 2011.
  • Schafer, Valérie; Serres, Alexandre: Histories of the Internet and the Web, 2017. Online: consulté le 7.11.2018.