de fr it

vonRamosch

Famille noble vassale des évêques de Coire, des seigneurs de Tarasp, de l'abbaye de Marienberg et des comtes du Tyrol, possédant des alleux (dont le château fort dont elle porte le nom) et des fiefs en Basse-Engadine et dans le haut val Venosta, ainsi que le château fort de Wiesberg dans le val Paznaun, reçu en héritage vers 1300. La haute position des R. ressort de leurs alliances matrimoniales (avec les comtes de Montfort, les von Matsch et d'autres familles nobles du val Venosta) et de leurs fréquentes apparitions comme témoins ou cautions pour leurs suzerains. Leur premier représentant connu est Wetzel, ministérial de l'évêque de Coire en 1150. Nannes (cité entre 1160 et 1170), vassal des seigneurs de Tarasp, tenait en fief la mayorie de l'évêque de Coire à R. Ce fief fut retiré à son frère Swiker (cité en 1195-1228) par l'empereur Henri VI en 1195. Au XIIIe s., les relations des R. avec le comté du Tyrol étaient très étroites. Nannes (cité en 1253-1286) et plusieurs de ses parents participèrent à une guerre privée contre les von Matsch, au cours de laquelle l'abbaye de Marienberg fut pillée (1274) et Konrad, abbé de 1271 à 1298, emprisonné en 1277 par son frère Friedrich (cité en 1258-1291). Le patrimoine fut partagé en 1317 entre les frères Johann (cité en 1292-1335), qui reçut le château de R., et Nannes (cité en 1303-1346), qui reprit celui de Wiesberg. Les fils de Johann, Swiker (cité en 1339-1383) et Konrad (cité en 1339-1367) entrèrent en conflit à propos du château de R. En 1367, Swiker tua son frère et s'enfuit; les comtes du Tyrol, qui avaient tenté un arbitrage en 1365, déclarèrent alors le château en déshérence et le remirent aux von Matsch. Le fils unique du meurtrier, Swiker (cité en 1365-1396), vendit ses possessions engadinoises et s'établit à Laatsch en 1369. La famille s'éteignit avec lui à la fin du XIVe s.

Sources et bibliographie

  • F. Hammerl, «Die Rechts- und Herrschaftsverhältnisse im Unterengadin», in JHGG, 52, 1922, 63-146 (avec erreurs)
  • O.P. Clavadetscher, W. Meyer, Das Burgenbuch von Graubünden, 1984, 210-214
Liens
Autres liens
e-LIR