de fr it

vonSal

Famille noble de conseillers de Winterthour attestée du XIIIe au XVIe s., appelée aussi Sala ou Saler. Ses origines sont peut-être liées au château fort d'Untersal, près d'Oberembrach. Des liens éventuels avec la famille homonyme de Zurich ne sont pas attestés. Les S. s'allièrent à des familles de la noblesse campagnarde de Suisse orientale et d'Allemagne du Sud. Les premiers représentants sont mentionnés en 1279 comme témoins, puis en 1287 comme conseillers à Winterthour. Les S. comptèrent régulièrement des membres du Petit Conseil et des avoyers, dont le dernier fut Hans (1506). Plusieurs femmes de la famille furent prieures du couvent de dominicaines de Töss, qui se trouvait à proximité. Elisabetha fut abbesse de Frauenthal de 1409 à 1425. Dès le XIVe s., les S. figurèrent parmi les familles les plus importantes de Winterthour et leur histoire est étroitement liée à cette ville des Habsbourg.

Konrad (✝︎1396) et son fils Laurenz, vassaux des Habsbourg, furent avoyers de Winterthour sans interruption de 1364 à 1405: vers 1390, Konrad, conseiller ducal, fut l'un des politiciens les plus influents de Suisse orientale. Laurenz, membre du Petit Conseil dès 1388 et avoyer dès 1396, mourut en 1405 au Stoss, pendant les guerres d'Appenzell, alors qu'il commandait les troupes de Winterthour. Sa sœur Anna fut prieure du couvent de Töss (1400). Son frère Hans fut conseiller dès 1407, puis avoyer (1409-1434). Il défendit les intérêts des Habsbourg à Winterthour, fonda en 1428 une grande messe anniversaire pour sa famille et acquit en 1429 le château fort de Freienstein dans la vallée inférieure de la Töss. Le petit-fils de Hans, Laurenz (✝︎1468/1469), fut avoyer à plusieurs reprises entre 1459 et 1468 et dirigea avec succès la défense de Winterthour contre les Confédérés en 1460. Son frère Rudolf fut moine de Saint-Blaise (Forêt-Noire) et probablement abbé de Beinwil-Mariastein de 1485 jusqu'à 1500 environ. Un autre frère, Konrad, fut au service des Habsbourg au Tyrol. Küngold, fille de Laurenz, fut prieure de Töss dès 1489. Son frère Hans (✝︎1529) fut élevé à la cour d'Innsbruck. Depuis 1483, il fut le dernier représentant à exercer une charge publique à Winterthour, ville donnée en gage à Zurich en 1467, mais qui maintenait des liens étroits avec la maison des Habsbourg. Malgré la possession du château de Girsberg (ZH, 1514-1525), la situation économique des S. se détériora vers 1500 au plus tard. Lorsque Hans reçut le droit d'être pensionnaire de l'hôpital en 1524 pour les services rendus à Winterthour, ses fils avaient déjà quitté la ville depuis longtemps. Le dernier descendant mâle mourut vers la fin du XVIe s. en Forêt-Noire.

Sources et bibliographie

  • E. Stauber, Die Burgen des Bezirkes Winterthur und ihre Geschlechter, 1953
  • P. Niederhäuser, «Zweien "gnädigen Herren" untertan», in ZTb 1996, 1995, 135-175
  • HS, IV/5, 929, 932-933
  • P. Niederhäuser, «"Durch der herschafft willen lip und guot gewaget"», in SVGB, 122, 2004, 37-58