de fr it

Teilsamen

Le terme de Teilsame désigne, à Obwald, tantôt une corporation, au sens de commune bourgeoise (Sarnen, Lungern), tantôt un consortage gérant soit des alpages et des communaux (Kerns, Alpnach), soit uniquement des alpages (Lungern, Giswil). Les Teilsamen sont apparues, dans l'ancienne partie d'Obwald, au sein des associations médiévales de paroissiens; elles s'insèrent dans les structures paroissiales ou, à Engelberg, abbatiales.

Au cours du bas Moyen Age, diverses Teilsamen se formèrent au sein des communes (paroissiales) comme associations d'usagers (Communauté, Droits d'usage). Ce morcellement, rapidement perceptible, fut une conséquence de l'essor démographique et de l'exploitation agricole plus intensive appelée, tant en plaine qu'en montagne, par le progrès des exportations vers l'Italie. A Sarnen, sept Teilsamen sont d'abord attestées, puis les quatre qui existent encore au XXIe s., sous le nom de corporations (communes bourgeoises) de Freiteil, Schwendi, Ramersberg et Kägiswil; elles sont parties prenantes à un procès en 1390 déjà. A Lungern, les deux Teilsamen encore présentes au début du XXIe s. (Lungern Dorf et Obsee) sont mentionnées dès 1388; les membres de l'une pouvaient librement passer dans l'autre (cette possibilité n'existait pas à Sarnen). Les corporations de Sarnen et les Teilsamen de Lungern ont la pleine propriété de toutes les terres qu'elles gèrent (alpages, communaux et forêts). A Kerns, Alpnach et Giswil, les corporations (communes bourgeoises) ont des terres en propriété, tandis que les Teilsamen, attestées depuis le XVe s., ne disposent que de droits d'usage sur les alpages et/ou les communaux; elles attribuent les droits de vaches d'après la règle de l'hivernage (accès aux alpages limité selon le nombre de bêtes que l'on a pu nourrir pendant l'hiver). A Kerns, les Teilsamen en-deçà et au-delà du pont de pierre donnèrent naissance à trois consortages alpestres de droit public; il y a en outre quatre consortages de droit privé. A Giswil, on trouve, outre la corporation, propriétaire des communaux et des forêts, deux Teilsamen indépendantes (Grossteil et Kleinteil) qui gèrent l'exploitation des alpages. A Sachseln, en l'absence de Teilsamen, les alpages relèvent de la corporation. A Engelberg, les forêts appartiennent à l'abbaye et à la commune bourgeoise, les alpages à des consortages de droit public, à l'abbaye et à des particuliers. On trouve des alpages privés dans toutes les communes; ils représentaient 17% de la surface totale des alpages du canton en 2003.

Les statuts des communes bourgeoises et des consortages ont été adaptés aux conditions du début du XXIe s. Ainsi à Kerns, dix Teilsamen administrent les communaux. A Alpnach, on a supprimé les Teilsamen ob dem Feld et nid dem Feld, attestées dès 1427, responsables de l'usage des communaux et des alpages.

Sources et bibliographie

  • H. Omlin, Die Allmend-Korporationen der Gemeinde Sarnen (Obwalden), 1913
  • A. Abächerli, Die Alpwirtschaft im Kanton Obwalden, 1951
  • Obwaldner Heimatbuch, 1953
  • B. Abächerli et al., Alpwirtschaft in Obwalden, 2004