de fr it

Auvernier - Les Graviers

Station littorale du Néolithique et de l’âge du Bronze, ancienne commune d’Auvernier, dans la commune de Milvignes (NE), sur la rive nord du lac de Neuchâtel, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 2011.

Auvernier - Les Graviers: carte de situation 2018 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2019 DHS.
Auvernier - Les Graviers: carte de situation 2018 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2019 DHS.

La station des Graviers figure sur plusieurs cartes de la baie d’Auvernier, réalisées entre la seconde moitié du XIXe et le début du XXe siècle: Edouard Desor l’esquissa pour la première fois en 1861 sous la forme d’un Steinberg (en français ténevière), à savoir un monticule issu de l’accumulation de rejets liés aux activités exercées sur le site. Elle fut ensuite reportée sur des plans dressés par le colonel Louis-Alphonse de Mandrot (1880), puis par Maurice Borel (1905). En 1924, la Commission neuchâteloise d’archéologie préhistorique, sous la direction de Paul Vouga, réalisa un premier sondage archéologique au centre de la station. Quatre horizons néolithiques d’occupation y furent identifiés: Cortaillod de type Port-Conty, Horgen, Lüscherz, Auvernier-Cordé. La forte concentration de pesons dans la couche Horgen dans une aire aussi réduite amena Paul Vouga à la qualifier de "maison du tisserand".

Champ de pilotis sur la station des Graviers lors des basses eaux de 1891. Montage de trois photographies anonymes (Laténium, Hauterive).
Champ de pilotis sur la station des Graviers lors des basses eaux de 1891. Montage de trois photographies anonymes (Laténium, Hauterive).

En 1973 et 1974, alors que les travaux de génie civil préparatoires à la construction de l’autoroute A5 allaient bon train dans la baie d’Auvernier, la zone des Graviers échappa au contrôle des archéologues, contraints d’intervenir dans l’urgence lors du creusement de deux tranchées pour la pose de canalisations (Tranchée du Tram et Tranchée du Gaz). Seules des observations sommaires et la collecte d’objets et de bois dans les déblais y furent effectuées. La chrono-typologie du mobilier et la dendrochronologie vinrent malgré tout confirmer la stratigraphie de 1924, et même préciser la chronologie du site: Horgen de 3159 à 3110 av. J.-C. et de 3083 à 3054 av. J.-C., Lüscherz ancien de 3010 à 2946 av. J.-C. et Lüscherz récent de 2789 à 2701 av. J.-C. En outre, deux nouvelles phases chronologiques apparurent: l’une datée du Bronze ancien (1648-1610 av. J.-C.), l’autre du Bronze final (1055-944 av. J.-C.). Les villages Bronze ancien des Graviers et des Ténevières, distant de quelque 800 m à l’est, sont les deux seuls établissements de cette époque attestés sur le littoral neuchâtelois.

Sources et bibliographie

  • Viollier, David; Vouga, Paul: "Lac de Neuchâtel", in Pfahlbauten. Zwölfter Bericht, 1930, pp. 5-43 (Mitteilungen der Antiquarischen Gesellschaft in Zürich, 30/7). Online: e-periodica, consulté le 25.09.2018.
  • Ramseyer, Denis: L’industrie en bois de cerf du site néolithique des Graviers, 1982, pp. 73-113 (Cahiers d’archéologie romande, 23).
  • Schifferdecker, François: "La baie d’Auvernier. Topographie et stratigraphies", in: Billamboz, André; Brochier, Jacques-Léopold et al.: La station littorale d’Auvernier-Port. Cadre et évolution, 1982, pp. 131-141 (Cahiers d’archéologie romande, 25).
  • Arnold, Béat: A la poursuite des villages lacustres neuchâtelois. Un siècle et demi de cartographie et de recherche, 2009 (Archéologie neuchâteloise, 45).