de fr it

Morat - Segelboothafen

Murten - Segelboothafen

Station littorale du Néolithique, commune de Morat (FR), sur la rive sud du lac de Morat, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 2011.

Morat - Segelboothafen: carte de situation 2018 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2019 DHS.
Morat - Segelboothafen: carte de situation 2018 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2019 DHS.

Localisée au large de la vieille ville de Morat, la station a été découverte dans les années 1880 par Jakob Süsstrunk, lors de l’abaissement du niveau du lac consécutif à la première correction des eaux du Jura (1868-1891). Des objets caractéristiques de la période néolithique (lames de haches en pierre polie, pointes de flèches et lames de faucille en silex, etc.) furent extraits en grand nombre en 1883-1884 au nord-est de l’embouchure du Mühlebächli.

Ce site littoral, dont la surface observée couvre environ 0,7 ha, s’étend dans la beine lacustre, comme le démontrent les prospections réalisées en 1999 et en 2009, lorsqu’un début d’érosion de la couche archéologique, épaisse par endroits de 40 cm, a pu être observé. En hiver 2010, une intervention subaquatique a permis de documenter plus précisément l’état de préservation des couches archéologiques, de délimiter l’extension du champ de pieux et de prélever un mobilier varié (céramique, industrie lithique, objets de boissellerie, industrie osseuse) ainsi que des restes de faune.

Lames de silex récoltées sur le site de Morat–Segelboothafen, attribuées au Cortaillod tardif (Service archéologique de l’Etat de Fribourg).
Lames de silex récoltées sur le site de Morat–Segelboothafen, attribuées au Cortaillod tardif (Service archéologique de l’Etat de Fribourg).

L’enchevêtrement des pieux indique une superposition de plusieurs phases architecturales, sans toutefois pouvoir en préciser le plan en l’état des fouilles actuelles. Le site a vraisemblablement connu deux occupations. L’une est attribuée au Néolithique moyen (Cortaillod tardif) sur la base de spécificités typologiques (présence de jarres à mamelons sur le rebord, fonds généralement aplatis) et de quelques datations dendrochronologiques (phases d’abattage entre 3572 et 3552 avant J.-C.). L’autre, connue par une datation pour l’instant unique (2539 av. J.-C.), indique la présence d’une probable occupation ou fréquentation durant le Néolithique final (Auvernier-Cordé).

Sources et bibliographie

  • Süsstrunk, Jakob: Bericht über den Stand der Pfahlbautenausgrabungen im Murtensee per 1884, 1885, Service archéologique de l’Etat de Fribourg.
  • Munro, Robert: Les stations lacustres d’Europe aux âges de la pierre et du bronze (lake dwellings, Pfahlbauten, palafitti), 1908. Online: BnF Gallica, consulté le 02.10.2018.
  • Heierli, Jakob: "Die neolithische Periode", in: Annuaire de la Société suisse de préhistoire, 2, 1909, pp. 25-58. Online: e-periodica, consulté le 02.10.2018.
  • Heierli, Jakob: "Die Bronzeperiode ", in: Annuaire de la Société suisse de préhistoire, 2, 1909, pp. 58-76. Online: e-periodica, consulté le 02.10.2018.
  • Heierli, Jakob: "Das Neolithikum", in: Annuaire de la Société suisse de préhistoire, 3, 1910, pp. 33-65. Online: e-periodica, consulté le 02.10.2018.
  • Muller, Carl: "Les stations lacustres du Lac de Morat", in: Annales fribourgeoises, 1913, no 4, pp. 145-160.
  • Peissard, Nicolas: Carte archéologique du canton de Fribourg, 1941.
  • Schwab, Hanni: Jungsteinzeitliche Fundstellen im Kanton Freiburg, 1971 (Schriften zur Ur- und Frühgeschichte der Schweiz, 16).
  • Corboud Pierre; Pugin, Christiane et al.: Rapport sur la campagne de prospection des stations littorales du lac de Morat, 4 vol., 1992-2001.
  • Crivelli, Caroline; Blumer, Reto et al.: "Passé, présent et avenir de l’archéologie lacustre fribourgeoise", in: Cahiers d’archéologie fribourgeoise, 14, 2012, pp. 4-87. Online: e-periodica, consulté le 01.10.2018.
Indexation thématique
Archéologie / Site du Néolithique