de fr it

Mur - Chenevières de Guévaux I

Station littorale de l’âge du Bronze, ancienne commune de Mur, commune de Vully-les-Lacs (VD), sur la rive nord du lac de Morat, proche du piémont du Mont Vully, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 2011.

Mur - Chenevières de Guévaux I: carte de situation 2018 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2019 DHS. 
Mur - Chenevières de Guévaux I: carte de situation 2018 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2019 DHS. 

En 2003, ce site fut découvert lors de sondages archéologiques menés à l’occasion d’un projet de renaturation d’une zone humide en milieu terrestre (réserve naturelle des Chenevières de Guévaux). Dans cette même zone naturelle, à environ 200 m à l’ouest, un autre habitat palafittique moins bien conservé, Chenevières de Guévaux II, fut aussi identifié et daté de la fin du Néolithique moyen. Ce dernier est englobé dans la zone tampon de sécurité et est considéré comme un site associé à l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le site des Chenevières de Guévaux I, à l’est de la zone, se trouve dans une légère dépression du terrain, actuellement occupée par un des étangs de la réserve naturelle, au fond duquel affleure la couche archéologique. L’extension du site, repérée par les sondages, occupe une surface d’environ un hectare. Il s’agit de l’un des rares établissements littoraux du lac de Morat attribués au Bronze ancien. Sa conservation exceptionnelle est due aux alluvions et aux sables déposés au pied du Mont Vully, principalement des sables molassiques.

Profil et tessons d’une grande jarre en céramique d’environ 40 cm de hauteur, datant du Bronze ancien. Dessin de Pierre Corboud, 2003 (Université de Genève).
Profil et tessons d’une grande jarre en céramique d’environ 40 cm de hauteur, datant du Bronze ancien. Dessin de Pierre Corboud, 2003 (Université de Genève). […]

La couche archéologique observée est très hétérogène, elle se développe sur 15 à 20 cm d'épaisseur, riche en vestiges organiques et en mobilier. Des pilotis apparaissent dans un niveau d'argile la surmontant. Dans l’un des sondages, des tessons de céramique provenant d’une grande jarre à poignées sur cordon impressionné ont été récoltés. Un bord de céramique fine appartient à une petite tasse de type Roseaux. Les sondages n’ont pas été poursuivis, dans le but de préserver le site de toute autre perturbation. Les datations dendrochronologiques obtenues sur deux pilotis, abattus en automne-hiver 1660/1659 av. J.-C., confirment l’occupation du site à la fin du Bronze ancien.

Sources et bibliographie

  • Pugin, Christiane; Corboud, Pierre: Inventaire et étude des stations littorales de la rive sud du lac de Neuchâtel (canton de Vaud), 2004 (rapport no 15).