de fr it

LisbethGabriel

28.8.1948 de Wolfenschiessen, catholique, de Wolfenschiessen et Ennetbürgen. Politicienne démocrate-chrétienne, l'une des deux premières femmes élues au Conseil d'Etat nidwaldien et première présidente (soit Landammann) du gouvernement cantonal.

La conseillère d'Etat nidwaldienne Lisbeth Gabriel en excursion dans la région du col du Grimsel, à l'occasion des 600 ans de la route du sbrinz. Photographie d'Urs Flüeler, 21 août 2003 (KEYSTONE, image 14587905).
La conseillère d'Etat nidwaldienne Lisbeth Gabriel en excursion dans la région du col du Grimsel, à l'occasion des 600 ans de la route du sbrinz. Photographie d'Urs Flüeler, 21 août 2003 (KEYSTONE, image 14587905). […]

Fille de Werner Blättler et d’Anna, née Näpflin, Elisabeth Blättler naquit à Wolfenschiessen où ses parents exploitaient une ferme. Après avoir fréquenté les écoles primaire et secondaire à Wolfenschiessen (1955-1963) et passé une année linguistique en économie familiale à l’académie Sainte-Croix à Fribourg, elle suivit le cours préparatoire pour employées et employés de poste (1964-1965), puis fit son apprentissage d’employée de poste à Engelberg (1965-1966). Elle travailla ensuite à la poste à Zurich (1966-1969) et à Lucerne (1969-1971). En 1970, elle épousa Josef Gabriel, monteur de lignes aériennes, avec qui elle eut quatre enfants. Après la naissance du premier en 1971, Lisbeth Gabriel travailla à temps partiel à la poste de Grafenort et épaula son père, qui dirigeait à domicile une filiale de la banque Raiffeisen à Wolfenschiessen. En 1988, elle reprit une agence de la caisse maladie CSS, activité qu’elle exerça à domicile jusqu’en 1998. Elle occupa ensuite d'autres postes au sein de la CSS à Engelberg et à Stans, jusqu’à sa démission en 2002.

Lisbeth Gabriel grandit dans un milieu politisé. Son père, conseiller d’Etat conservateur catholique, fut à la tête de la Direction de l’agriculture et des forêts, et sa mère œuvra dans diverses organisations féminines telles la Ligue suisse de femmes catholiques, le Mütterverein (association de mères de famille) et l'Union des paysannes catholiques suisses. En 1982, le Parti démocrate-chrétien (PDC) invita Lisbeth Gabriel à entrer dans la commission scolaire de Wolfenschiessen, ce qui l'amena à adhérer au parti. Elle fut responsable financière de la commission jusqu'en 1990. A cette date, elle se porta candidate avec succès au Grand Conseil nidwaldien, où elle siégea jusqu'en 2002 et conduisit le groupe PDC dès 1994.

En 1998, Lisbeth Gabriel se présenta à l'élection au Conseil d'Etat. Elle atteignit le quorum, mais dut se retirer, ayant obtenu le moins de voix. Elle se représenta en 2002, en même temps que Beatrice Jann-Odermatt, et elles furent les premières femmes à être élues au Conseil d'Etat. A la tête de la Direction de l'agriculture et de l'environnement, Lisbeth Gabriel dut également assurer l'interim à la Direction des travaux publics après le décès, en 2004, du conseiller d'Etat en charge. En 2005, année électorale, elle décida de reprendre la Direction des travaux publics, dont elle fut la cheffe jusqu'en 2010. Elle fut, en 2005, la première femme élue présidente (Landammann) du Conseil d'Etat nidwaldien.

Pendant et après sa carrière politique, Lisbeth Gabriel fut membre de plusieurs associations et organes administratifs, parmi lesquels le conseil de fondation du home pour personnes âgées (Stiftungsrat des Alters- und Pflegeheims Nidwalden) de 1992 à 2006, dont elle fut la vice-présidente du comité (2000-2006). Elle présida de 2002 à 2005, en tant que cheffe de la Direction de l’agriculture et de l’environnement, le forum de politique agricole de Nidwald qu'elle avait co-fondé en 2000. En 2009, elle entra au conseil des sociétaires de CSS Association. Lisbeth Gabriel a également assumé des fonctions dans les milieux associatifs: ainsi, en 2002, elle a participé à la fondation de la section de Suisse centrale du club service féminin Soroptimist International et elle préside, depuis 2013, le Secours d’hiver du canton de Nidwald.

Sources et bibliographie

  • Neue Zürcher Zeitung, 5.3.2002.