de fr it

BeatriceJann-Odermatt

3.2.1952 à Stans, catholique, de Stans. Politicienne radicale, l'une des deux premières femmes élues au Conseil d'Etat nidwaldien.

La directrice du Département de l'instruction publique Beatrice Jann-Odermatt lors d'une conférence de presse à Stans sur l'adhésion prévue du canton de Nidwald au concordat Harmos. Photographie d'Urs Flüeler, 6 janvier 2009 (KEYSTONE, image 62419915).
La directrice du Département de l'instruction publique Beatrice Jann-Odermatt lors d'une conférence de presse à Stans sur l'adhésion prévue du canton de Nidwald au concordat Harmos. Photographie d'Urs Flüeler, 6 janvier 2009 (KEYSTONE, image 62419915). […]

Fille de Jakob Odermatt et de Lotti, née Edelmann, qui dirigeaient un magasin d'articles ménagers à Stans, Beatrice Odermatt fit l'école primaire (1959-1965), puis termina le cycle secondaire à l'école privée du couvent Sainte-Claire à Stans en 1968. Après un séjour linguistique à Lugano (1968-1969), elle fréquenta l'école Berit à Lucerne pour devenir assistante médicale (1969-1971). Elle travailla dans un laboratoire d'analyses médicales et chimiques à Lucerne jusqu'à la naissance de son premier enfant en 1975, après avoir épousé Ruedi Jann en 1974. Employée à temps partiel dans l'administration du funiculaire du Stanserhorn, elle s'occupa de ses deux enfants tout en aidant ses parents dans leur magasin.

Le goût de Beatrice Jann-Odermatt pour la politique s'inscrit dans une tradition familiale: son grand-père Jakob Odermatt fut pendant la guerre membre de l'exécutif et président de la commune de Stans, puis juge cantonal; son père fut juge de paix. En 1986, Beatrice Jann-Odermatt adhéra au Parti radical-démocratique (PRD) et, à sa demande, siégea dans la commission scolaire de Stans jusqu'en 1994 (vice-présidente dès 1990). Entrée en 1994 au Grand Conseil nidwaldien, elle en fut la présidente en 2000-2001. Première femme élue au Conseil d'Etat en 2002, avec Lisbeth Gabriel, elle dirigea le Département de l'instruction publique, de la culture et du sport. Après Lisbeth Gabriel, Beatrice Jann-Odermatt fut en 2006 la deuxième femme de son canton à occuper la fonction de présidente du Conseil d'Etat (soit Landammann). Parmi les affaires importantes qu'elle eut à traiter figurent notamment la question de l'enseignement des langues étrangères au niveau primaire, l'intégration des enfants handicapés dans les classes régulières et la promotion de la culture et du sport. En tant que conseillère d'Etat, elle fit partie de plusieurs fondations, dont la Innerschweizer Kulturstiftung, la Höfli-Stiftung et la Winkelriedhaus-Stiftung. Elle quitta le gouvernement cantonal en 2010.

Depuis sa jeunesse, Beatrice Jann-Odermatt fut monitrice et membre du comité du club de ski et de la société de gymnastique féminine de Stans. Au début des années 1980, elle fonda en outre un groupe de gymnastique de Pro Senectute. Grâce à ces activités bénévoles, elle acquit une notoriété locale qui favorisa sa carrière politique. Première femme admise au Rotary Club de Stans en 2003, elle fut depuis 2017 membre du conseil de fondation de la Stiftung Hospiz Zentralschweiz.

Sources et bibliographie

  • Neue Zürcher Zeitung, 5.3.2002.