de fr it

ElsbethSchneider-Kenel

31.3.1946 à Zoug, catholique, d'Arth, puis de Reinach (BL). Politicienne démocrate-chrétienne, première conseillère d'Etat du canton de Bâle-Campagne.

La conseillère d'Etat Elsbeth Schneider-Kenel lors des festivités marquant le 125ème anniversaire de la Fédération des sapeurs-pompiers de Bâle-Campagne. Photographie de Dominik Plüss, 30 mai 2003 (KEYSTONE, image 13668876).
La conseillère d'Etat Elsbeth Schneider-Kenel lors des festivités marquant le 125ème anniversaire de la Fédération des sapeurs-pompiers de Bâle-Campagne. Photographie de Dominik Plüss, 30 mai 2003 (KEYSTONE, image 13668876). […]

Elsbeth Kenel est la fille de Karl Kenel, fromager et employé des Chemins de fer fédéraux et de Margrith, née Spiess, secrétaire de direction. Elle fréquenta l'école primaire (1953-1959) et secondaire (1959-1961) à Arth et la troisième année secondaire à Goldau. En 1963, elle passa une année en Suisse romande, à la Maison d'Etude à Fribourg. Après ses études à l'école normale d'Ingenbohl (1963-1966) où elle obtint un diplôme de maîtresse d'enseignement ménager, Elsbeth Kenel épousa Guido Schneider (1968). De 1966 à la naissance du premier de ses deux enfants en 1970, elle enseigna l'économie ménagère à Gelterkinden, puis fit des remplacements. Dès 1972, Elsbeth Schneider-Kenel dirigea l'une des deux antennes régionales de l'assurance Konkordia à Reinach. En 1980, elle devint membre du comité cantonal de Konkordia-Kantonalverband Basel-Landschaft (présidente dès 1983) et fut la première femme à siéger au comité central national de Konkordia (1986-1994).

Son père, qui eut un rôle politique en tant que président de l'Union des chemins de fer schwytzois et député socialiste au Grand Conseil, lui servit de modèle. Après le retrait de son mari du parlement communal de Reinach, Elsbeth Schneider-Kenel fut sollicitée pour y présenter sa candidature. Elle adhéra alors au Parti démocrate-chrétien (PDC) et obtint un siège au législatif (1984-1993), qu'elle présida en 1991-1992. Députée au Grand Conseil de Bâle-Campagne (1991-1994), elle rata de peu son élection au Conseil national en 1991. Présidente de la section cantonale du PDC (1993-1994), Elsbeth Schneider-Kenel fut, en 1994, la première femme élue au Conseil d'Etat de Bâle-Campagne, où elle prit la tête de la Direction des travaux publics et de l'environnement jusqu'à sa démission en 2007. Elle assura la présidence du gouvernement cantonal en 1998, 2003 et 2005. Membre de droit de la Conférence suisse des directeurs cantonaux des travaux publics, de l'aménagement du territoire et de l'environnement, elle siégea également au conseil d'administration de cet organisme de 1999 à 2007, qu'elle présida de 2001 à 2007. De grands chantiers furent concrétisés au cours de son mandat au Conseil d'Etat, comme le développement des transports publics (BLT Euroville), le projet de construction du pôle économique Salina Raurica, la réorganisation de l'hôpital cantonal de Liestal, la construction de la station d'épuration de Birsfelden, ainsi que la construction de divers tunnels.

Depuis la fin de sa carrière politique, Elsbeth Schneider-Kenel partage son temps dans différents conseils d'administration, notamment dès 2007 chez Stamm Bau AG, dès 2012 en tant que présidente de Swisshelp66 et dès 2013 auprès de Beneficentia AG de l'abbaye de Mariastein. Elle est encore administratrice de BLT Baselland Transport AG, dont elle est membre du conseil depuis 1994 et présidente depuis 2000. En outre, elle fut membre honoraire de la société de gymnastique de Reinach, présidente de la commission de rénovation de l'église de Reinach (2007-2012) et est membre du conseil d'administration du groupe CVP 60+ (depuis 2011 environ). En 2012, Elsbeth Schneider-Kenel s'est engagée dans le comité d'initiative des deux Bâles pour l'égalité dans l'Eglise.

Sources et bibliographie

  • Bibliothèque nationale suisse, Berne, Catalogue biographique 1930-2012, NB-Biokat-Schneider-Kenel_Elsbeth-1.
  • Archives économiques suisses, Bâle, Documentation de personnes, SWA Biogr. Schneider, Elsbeth.