de fr it

Association suisse des femmes diplômées des universités (ASFDU)

L'Association suisse des femmes diplômées des universités, connue sous le nom d'Association suisse des femmes universitaires (ASFU) entre 1924 et 1993/1994, est le plus important réseau national de femmes diplômées de l'enseignement supérieur. Affiliée à l'International Federation of University Women (IFUW, fondée en 1919; depuis 2015 Graduate Women International, GWI), elle a adhéré en 1949 à l'Alliance de sociétés féminines suisses (depuis 1999 Alliance F).

Ouverture du congrès de l'International Federation of University Women (IFUW) à Genève. Photographie anonyme, 9 août 1929 (Bibliothèque nationale suisse, Berne, Cabinet des estampes: collection actualités et événements, boîte IV, politique et domaine public).
Ouverture du congrès de l'International Federation of University Women (IFUW) à Genève. Photographie anonyme, 9 août 1929 (Bibliothèque nationale suisse, Berne, Cabinet des estampes: collection actualités et événements, boîte IV, politique et domaine public). […]

Mariette Schaetzel, médecin de formation, fut à l'origine de la fondation de l'ASFDU et de son admission à l'IFUW. Après avoir créé, avec l'avocate genevoise Nelly Schreiber-Favre, un réseau avec des femmes universitaires bernoises (autour de la pédagogue Anna Louise Grütter), elle fonda l'Association genevoise de femmes universitaires et encouragea la création d'associations semblables à Bâle et à Zurich. Les membres du réseau initial et celles des trois associations se réunirent le 22 mars 1924 pour l'assemblée constitutive de l'association nationale. Nelly Schreiber-Favre fut élue présidente et Mariette Schaetzel secrétaire général par la première assemblée générale en octobre 1924. A cette époque, les différentes branches de l'organisation nationale comptaient déjà 220 membres. Ce chiffre passa à environ 1500 dans les années 1980. En 2019, environ 650 femmes étaient affiliées à l'une des neuf sections (Bâle, Berne, Fribourg, Genève, Grisons, Soleure, Suisse centrale, Vaud, Zurich).

L'ASFDU se définit comme une organisation politiquement, culturellement et religieusement neutre. Les statuts, révisés en 1925, fixent comme objectifs la mise en réseau à l'échelle nationale et internationale, l'entretien de relations amicales, ainsi que la promotion du travail scientifique et des intérêts professionnels des femmes universitaires. La promotion de la paix et de l'égalité des genres est toujours demeurée au cœur des préoccupations de l'association. 

Présidée par un comité central, l'ASFDU est organisée, sur le mode fédéraliste, en sections régionales. L'assemblée annuelle des déléguées des sections est l'organe suprême de l'association. Outre les quatre sections initiales de Genève, Berne, Bâle et Zurich, onze autres ont été fondées par la suite, dont six vers 1970 sur l'impulsion de la présidente Lydia Benz-Burger. Six sections (Neuchâtel, Saint-Gall, Schaffhouse, Argovie, Valais, Tessin) ont été entretemps dissoutes, la plupart au cours des années 1990. Jusqu'au début des années 1950, les informations destinées aux adhérentes se limitaient à de brefs rapports d'activité et à des textes informatifs. Depuis 1954, elles reçoivent régulièrement un bulletin. 

L'ASFDU poursuit ses objectifs aux niveaux international, national et local. Depuis sa fondation, l'association collabore étroitement avec l'organisation faîtière IFUW, dont plusieurs congrès ont eu lieu en Suisse (à Genève en 1929, à Bâle et Zurich en 1950, pour son 100e anniversaire à Genève en 2019) et dont le siège se trouve à Genève depuis le début des années 1970. L'arrivée au pouvoir des nazis et la Deuxième guerre mondiale placèrent l'ASFDU devant de nouveaux défis: en 1933, les premières universitaires allemandes demandèrent à l'association de les assister dans leurs demandes pour obtenir l'asile en Suisse. Durant son mandat de présidente (1938-1941), Mariette Schaetzel créa un fonds de soutien pour les universitaires réfugiées. Il est à l'origine du Fonds Hegg Hoffet (toujours administré par la GWI), du nom de la psychologue Blanche Hegg-Hoffet, présidente de l'association de 1941 à 1947.

Afin de promouvoir les femmes universitaires, le comité central a créé, entre autres, la commission des intérêts professionnels, qui fournit du matériel statistique et occasionnellement une aide à l'emploi. L'octroi de bourses et une offre d'accompagnement pour la recherche de bourses faisaient également partie des tâches de l'association. Un fonds servant à financer des voyages et des bourses, relevant partiellement de l'IFUW, a permis de créer en 1994 la Fondation des bourses de l'ASFDU (dissoute en 2016). Les différentes sections de l'association décernent des prix scientifiques. 

Pavillon de l'Association suisse des femmes universitaires à l'exposition nationale suisse pour le travail féminin (Saffa) de 1958 (Archives sociales suisses, Zurich, F 5014-Na-017 et F 5014-Na-007).
Pavillon de l'Association suisse des femmes universitaires à l'exposition nationale suisse pour le travail féminin (Saffa) de 1958 (Archives sociales suisses, Zurich, F 5014-Na-017 et F 5014-Na-007). […]

Pour développer ses relations publiques, l'ASFDU a participé aux expositions nationales suisses pour le travail féminin (Saffa) de 1928 et 1958, à l'Exposition nationale de 1939 et à l'Exposition nationale de recherche Eurêka de 1991. L'association a également publié des brochures sur les professions académiques ainsi que des ouvrages plus importants tels que Das Frauenstudium an den Schweizer Hochschulen (1928), l'une des premières études concernant les femmes universitaires en Suisse.

La neutralité politique fixée par les statuts n'a pas empêché le comité central et les sections de promouvoir l'égalité des genres et la politique de la formation ou de débattre de questions politiques actuelles lors des réunions. De nombreux membres de l'association s'engagèrent notamment pour le suffrage féminin. Après son introduction au niveau fédéral en 1971, plusieurs représentantes de l'ASFDU furent élues au parlement. L'association a poursuivi ses activités politiques durant ces dernières années, notamment en adhérant à l'Alliance interpartis de femmes politiques qui soutient l'Equal Pay Day. 

Présidentes de l'Association suisse des femmes diplômées des universités

Années de fonction Nom
1924-1929Nelly Schreiber-Favre
1929-1932 Ruth Speiser
1932-1935Antoinette Quinche
1935-1938Jeanne Eder-Schwyzer
1938-1941Mariette Schaetzel
1941-1947 Blanche Hegg-Hoffet
1947-1950Alice Keller
1950-1953Anne-Marie Du Bois
1953-1956Marguerite Henrici-Pietzcker
1956-1959Elisabeth Fauconnet-Baudin
1959-1962Helene Thalmann-Antenen
1962-1965Liselott Schucan-Grob
1965-1968Berthe Lang-Porchet
1968-1971Lydia Benz-Burger
1971-1974Helen Pfister-Maguin
1974-1977Simone Wildhaber-Creux
1977-1980Elisabeth Lardelli
1980-1983Isabell Mahrer
1983-1986Huguette de Haller-Bernheim
1986-1989Gertrud Forster
1989-1992Nicole Grin
1992-1995Franziska De Souza-Del Vecchio
1995-1996Marise Paschoud
1996-2002Catherine Bandle
2002-2007Ursulina Mutzner
2008-2014Verena Welti
2014-2016Anita Haldemann
2016-Doris Boscardin
  
Présidentes de l'Association suisse des femmes diplômées des universités – Alessandra Widmer

Sources et bibliographie

  • Archiv Gosteli-Foundation, Worblaufen, Archiv Schweizerischer Verband der Akademikerinnen, AGoF 133.
  • Archives d’Etat, République et Canton de Genève, Archives de l'Association genevoise des femmes universitaires, 1923-1992.
  • Frauenkulturarchiv Graubünden, Chur, Archiv der Sektion Graubünden, SVA GR 007.
  • Schweizerisches Wirtschaftsarchiv, Bâle, Schweizerischer Verband der Akademikerinnen, Dokumentensammlung, SWA Bv G 30.
  • Schweizerischer Verband der Akademikerinnen (éd.): Das Frauenstudium an den Schweizer Hochschulen, 1928.
  • Bodmer-Gessner, Verena: Bibliographie zur Geschichte der Schweizer Frau im 19. und 20. Jahrhundert, 1967 (19682).
  • Benz-Burger, Lydia; Lang-Porchet, Berthe (éd.):  50 ans ASFU, Association suisse des femmes universitaires, 1924-1974, 1974.
  • Schweizerischer Verband der Akademikerinnen (éd.): Die Stellung der Frau in der schweizerischen Sozialversicherung. Alters- und Hinterlassenenversicherung, Invalidenversicherung, Krankenversicherung, obligatorische Unfallversicherung, berufliche Vorsorge, 1975.
  • Association suisse des femmes universitaires (éd.): L'avenir de la recherche scientifique vu par des femmes. Résumé, 1991.
  • Association suisse des femmes universitaires (éd.): Bulletin, 2014-2018. Online: Schweizerisches Wirtschaftsarchiv, consulté le 25.3.2019.
  • Vincenz, Bettina: Biederfrauen oder Vorkämpferinnen? Der Schweizerische Verband der Akademikerinnen (SVA) in der Zwischenkriegszeit, 2011.