de fr it

HannaSahlfeld-Singer

17.10.1943 à Flawil, protestante, de Nennigkofen. Politicienne socialiste, première femme élue conseillère nationale du canton de Saint-Gall.

Hanna Sahlfeld-Singer lors de sa première journée comme conseillère nationale au Palais fédéral. Photographie du 13 décembre 1971 (KEYSTONE, image 337138551).
Hanna Sahlfeld-Singer lors de sa première journée comme conseillère nationale au Palais fédéral. Photographie du 13 décembre 1971 (KEYSTONE, image 337138551). […]

Hanna Singer est la fille de Werner Singer, maître tisserand, et de Margrith, née Hohl, ménagère. Elle fréquenta l'école primaire et secondaire à Flawil ainsi que l'école cantonale de Saint-Gall, puis étudia la théologie protestante à Zurich, Bâle et Vienne. Elle fut consacrée en 1969 après un stage à Oberhelfenschwil. Le 22 septembre 1968, elle épousa Rolf Sahlfeld, pasteur à Altstätten, où elle exerça des activités pastorales à temps partiel à partir de novembre de la même année.

En 1970, Hanna Sahlfeld-Singer prononça un discours du Premier Août sur le suffrage féminin, qui lui valut, un an plus tard, une place sur la liste du Parti socialiste (PS) pour les élections au Conseil national (après l'adoption du suffrage féminin, les partis s'étaient mis en quête de candidates). Après son élection, elle dut renoncer à son emploi dans l'Eglise à cause de l'article d'exception remontant à l'époque du Kulturkampf, qui retirait aux ecclésiastiques le droit d'éligibilité au Conseil national (article 75 de la Constitution fédérale de 1874). Elle appartint à la première génération de femmes parlementaires et fut la première conseillère nationale socialiste du canton de Saint-Gall. En 1972, elle donna naissance à son deuxième enfant, ce qui en fit la première femme à devenir mère durant son mandat à l'Assemblée fédérale. Au Conseil national, elle milita pour une meilleure protection des locataires, l'introduction du service civil, la naturalisation facilitée des réfugiés et la limitation de la vitesse à 40 km/h dans les localités. Elle critiqua également les bas salaires versés par les entreprises suisses à leurs employées et employés en Afrique du Sud. 

Réélue en 1975, Hanna Sahlfeld-Singer renonça à une autre législature. Son mari, qui avait démissionné de son poste à Altstätten, ne trouvant pas d'emploi dans le canton de Saint-Gall à cause de son origine allemande et de l'engagement politique de son épouse, la famille se transféra d'abord à Wil, d'où Rolf Sahlfeld faisait la navette avec le canton de Zurich. Grâce à l'aide d'autres membres de la famille, les Sahlfeld purent s'en sortir pendant quelque temps avant de décider, à l'automne 1975, d'émigrer en Allemagne. De 1976 à 2003, elle enseigna la religion protestante comme pasteure au gymnase de l'archevêché Sankt Angela à Wipperfürth en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Elle n'occupa plus de fonction publique au sein d'un parti, mais continua de défendre une politique de développement et l'œcuménisme. Cofondatrice en 1981 de l'initiative œcuménique des Magasins du monde, elle reçut en 2003 notamment pour cet engagement le prix citoyen de l'Union chrétienne-démocrate de Wipperfürth. Après sa retraite, elle s'installa à Barsinghausen près de Hanovre (Basse-Saxe).

Sources et bibliographie

  • Boos, Susan: «Zu früh am richtigen Ort», in: Widmer, Marina; Witzig, Heidi (éd.): Blütenweiss bis rabenschwarz. St. Galler Frauen – 200 Porträts, 2003, pp. 328-329.
  • Graf, Karl (éd.): Pfarrerinnen und Pfarrer der Evangelisch-reformierten Kirche des Kantons St. Gallen, 1971-2009, 2010, p. 53.
En bref
Variante(s)
Hanna Singer (nom de naissance)
Hanna Sahlfeld (nom de mariage)
Dates biographiques ∗︎ 17.10.1943