de fr it

Meinrada JosefaBenziger

22.1.1835 à Einsiedeln, 29.11.1908 à Einsiedeln, catholique, d'Einsiedeln. Responsable du commerce des objets de dévotion de la maison d'édition Benziger Verlag à Einsiedeln et figure centrale des activités caritatives de la famille.

Meinrada Josefa Benziger et son mari Nikolaus Benziger. Photographies tirées d’un album de famille, vers 1860 (Archiv Stiftung Kulturerbe Einsiedeln). 
Meinrada Josefa Benziger et son mari Nikolaus Benziger. Photographies tirées d’un album de famille, vers 1860 (Archiv Stiftung Kulturerbe Einsiedeln). 

Meinrada Josefa Benziger était le septième enfant de Karl Benziger et d'Anna Maria née Meyer d'Oberägeri. Son père, politicien et libraire, fut, avec son frère Nikolaus Benziger, copropriétaire des éditions Benziger Verlag à Einsiedeln. En 1854, Meinrada Josefa épousa son cousin au premier degré, Nikolaus Benziger. L'alliance des deux branches de la famille Benziger impliquées dans la maison d'édition fut durablement renforcée par cette union. Aux côtés de son mari, ses trois frères, Josef Karl, Martin et Joseph Nicholas Adelrich Benziger, ainsi que deux beaux-frères travaillaient aussi dans l'entreprise. Elle eut six enfants, dont trois fils qui, tous, entrèrent plus tard dans l'affaire familiale.

Portrait de Meinrada Josefa Benziger le jour de ses noces d’or. Photographie, Sachseln, 1904 (Archiv Stiftung Kulturerbe Einsiedeln, Zbd.16.d).
Portrait de Meinrada Josefa Benziger le jour de ses noces d’or. Photographie, Sachseln, 1904 (Archiv Stiftung Kulturerbe Einsiedeln, Zbd.16.d). […]

A l'instar de ses frères, Meinrada Josefa Benziger reçut une bonne éducation. Elle bénéficia, en plus de sa formation dans les écoles d'Einsiedeln, d'un enseignement privé à domicile et fréquenta, à Carouge (GE), le pensionnat de la congrégation féminine des Fidèles compagnes de Jésus (1851-1853). Introduite dès sa jeunesse dans l'entreprise familiale à Einsiedeln, elle s'occupa dans un premier temps de tâches de comptabilité. Ensuite, pendant près de 40 ans, elle dirigea le commerce des objets de dévotion, traditionnellement en mains féminines chez Benziger Verlag. A un certain moment, elle fut également en charge de la production des chapelets, fabriqués par des ouvrières à domicile appelées «Kettlerinnen». Elle accompagna son mari à diverses reprises lors de voyages d'affaires en Allemagne et en France.

Ses contemporains, qui l'avaient surnommée «Frau Nationalrat» (Madame le conseiller national), puis «Frau Ständerat» (Madame le conseiller aux Etats) selon les charges politiques de son mari, la considéraient comme la bienfaitrice des pauvres. Pendant plus de 50 ans, elle fut la figure marquante de l'association féminine locale (Frauen- und Töchterverein Einsiedeln), fondée en 1846 par sa sœur aînée Katharina Steinauer-Benziger. L'association, qu'elle présida dès 1882, développa une intense activité dans les domaines de l’assistance aux pauvres, des soins aux malades, de la formation des femmes et des institutrices et encouragea, en outre, l’artisanat régional en introduisant le tressage de la paille à Einsiedeln au début des années 1850.

Meinrada Josefa Benziger et son mari Nikolaus Benziger. Photographie, Sachseln, 1904 (Archiv Stiftung Kulturerbe Einsiedeln, Zbd.16.d) et carte de remerciement du couple adressée à Elise Steinauer, à l’occasion de leurs noces d’or, Einsiedeln, 1904 (Archiv Stiftung Kulturerbe Einsiedeln).
Meinrada Josefa Benziger et son mari Nikolaus Benziger. Photographie, Sachseln, 1904 (Archiv Stiftung Kulturerbe Einsiedeln, Zbd.16.d) et carte de remerciement du couple adressée à Elise Steinauer, à l’occasion de leurs noces d’or, Einsiedeln, 1904 (Archiv Stiftung Kulturerbe Einsiedeln). […]

Meinrada Josefa Benziger entretint une vaste correspondance avec la famille élargie et représenta un ancrage solide au sein de relations familiales parfois tendues. En 1886 et 1891, elle se rendit aux Etats-Unis, où deux de ses fils et d'autres parents travaillaient dans les filiales de la maison d'édition. Elle mourut le 29 novembre 1908, quelques jours après le décès de son mari, avec qui elle avait vécu, selon ses propres termes, une «union harmonieuse» pendant 54 ans.

Sources et bibliographie

En bref
Dates biographiques ∗︎ 22.1.1835 ✝︎ 29.11.1908