de fr it

JrenäusGersdorf

1809 à Monstab près d'Altenbourg en Thuringe, 1860 à Altenbourg, luthérien, du duché de Saxe-Altenbourg. Bibliothécaire et promoteur de la littérature populaire.

Jrenäus Gersdorf était le fils de Christoph Gotthelf Gersdorf, pasteur à Tautendorf en Thuringe, et de Concordia Wilhelmina (ou Wilhelmine) née Rüdel. Frère d'Ernst Gotthelf Gersdorf, directeur de l'importante bibliothèque universitaire de Leipzig, il étudia la théologie dans cette même ville (1831-1834) avant de devenir le précepteur des filles du duc de Saxe-Altenbourg en 1835. Il fut bibliothécaire de la bibliothèque des bourgeois d'Altenbourg dès 1844, puis sous-bibliothécaire de la bibliothèque ducale de 1849 à sa mort.

Première et dernière pages de la lettre d'Jrenäus Gersdorf à Albert Bitzius du 14 mars 1846 (Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, N Jeremias Gotthelf 25.3 [31]).
Première et dernière pages de la lettre d'Jrenäus Gersdorf à Albert Bitzius du 14 mars 1846 (Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, N Jeremias Gotthelf 25.3 [31]). […]

En 1845, Gersdorf fonda avec Otto Ruppius, Heinrich Wilhelm Löst, Ferdinand Schmidt et Friedrich Adolph Wilhelm Diesterweg une société pour l'amélioration et la promotion de la littérature populaire de l'Allemagne du Nord (Verein zur Hebung und Förderung der norddeutschen Volksliteratur), qui n'exista cependant que jusqu'en 1848. En septembre 1843, il contacta par lettre Albert Bitzius (alias Jeremias Gotthelf) qu'il avait qualifié peu de temps auparavant d'écrivain populaire idéal dans son étude Das Volksschriftenwesen der Gegenwart. Dans cette même publication, il avait également présenté un concept pour une revue consacrée à la littérature populaire en langue allemande, pour laquelle il espérait gagner son correspondant comme collaborateur. Bitzius refusa de collaborer, néanmoins, dans ses rares mais longues lettres, il s'exprima à plusieurs reprises sur les aspects poétiques de son écriture populaire. C'est probablement grâce au livre de Gersdorf, publié en 1843, que Gotthilf Ferdinand Döhner, membre du conseil synodal et fondateur d'une société pour la diffusion d'une bonne littérature à bas prix à Zwickau (Verein zur Verbreitung guter und wohlfeiler Volksschriften), connut les ouvrages de Bitzius. En octobre 1843, il lui demanda d'écrire un roman pour la société qui parut en 1846 sous le titre de Jacobs, des Handwerksgesellen, Wanderungen durch die Schweiz. La même année, Gersdorf et Bitzius mirent un terme à leurs relations suite à des désaccords. En effet, Ruppius avait travaillé, pour le compte du Verein zur Hebung und Förderung der norddeutschen Volksliteratur, à une version allemande de Wie Uli der Knecht glücklich wird (1841) sans consulter Bitzius, qui avait déjà convenu d'un projet similaire avec l'éditeur berlinois Julius Springer.

Jrenäus Gersdorf, suite au déclin rapide de sa société littéraire, ne joua plus aucun rôle dans la promotion de la littérature populaire après 1843. Par contre, l'association de Zwickau qui, conformément à ses statuts, publia et distribua à bas prix jusque dans les années 1860 des «lectures populaires» pour «les classes inférieures et pauvres», devint un modèle pour la diffusion de la littérature populaire en Suisse. On voulut reprendre son système de distribution afin de fournir également à la population rurale suisse des écrits pouvant l'instruire. Les structures institutionnelles nécessaires à cette fin ne furent cependant pas mises en place avant 1890.

Sources et bibliographie

  • Gersdorf, Jrenäus: Das Volksschriftenwesen der Gegenwart. Mit besonderer Beziehung auf den Verein zur Verbreitung guter und wohlfeiler Volksschriften zu Zwickau, 1843.
  • Gersdorf, Jrenäus; Ruppius, Otto (éd.): Organ für das gesammte deutsche Volksschriftenwesen, 1845-1846.
  • Knoche, Michael: Volksliteratur und Volksschriftenvereine im Vormärz. Literaturtheoretische und institutionelle Aspekte einer literarischen Bewegung, 1986.
  • Schütze, Sylvia: «Gersdorf, Irenäus», in: Diesterweg, Friedrich Adolph Wilhelm: Sämtliche Werke, section II, vol. 24: Briefe, amtliche Schreiben und Lebensdokumente aus den Jahren 1832 bis 1847, éd. par Heinemann, Manfred; Schütze, Sylvia, 2014, p. 789.
  • Reiling, Jesko: «"mächtige Werkzeuge für bessere Gesittung und Bildung des Volkes". Schweizerische Vereine des 19. Jahrhunderts und ihre Bemühungen zur Förderung der Volksliteratur», in: Böning, Holger: Volksaufklärung ohne Ende? Vom Fortwirken der Aufklärung im 19. Jahrhundert, 2018, pp. 155-168.
En bref
Variante(s)
Irenäus Gersdorf
Dates biographiques ∗︎ 1809 ✝︎ 1860

Suggestion de citation

Reiling, Jesko: "Gersdorf, Jrenäus", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 08.04.2020, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/058885/2020-04-08/, consulté le 20.10.2020.