de fr it

Francesco MariaCantoni

22.2.1699 à Gênes, 18.7.1772 à Cabbio, catholique, de Cabbio. Stucateur actif en Ligurie et en Lombardie, mais également en Belgique et en Allemagne.

Esquisse avec deux variantes pour l’autel de la chapelle du marchand Francesco Moro dans l’église Saint-Etienne à Mossanzonico (Dongo). Encre de Chine et aquarelle sur papier vergé de Francesco Maria Cantoni, 1724, 40 x 24,5 cm (Collection privée).
Esquisse avec deux variantes pour l’autel de la chapelle du marchand Francesco Moro dans l’église Saint-Etienne à Mossanzonico (Dongo). Encre de Chine et aquarelle sur papier vergé de Francesco Maria Cantoni, 1724, 40 x 24,5 cm (Collection privée). […]

Francesco Maria Cantoni était le dernier enfant de Pietro Cantoni et de sa seconde épouse Caterina Fontana, fille de Giovanni Battista Fontana, actif dans le bâtiment. Après la mort de Pietro en 1700, Caterina et sa progéniture furent contraints, pour des raisons financières, de rentrer à Cabbio; Francesco Maria passa ainsi son enfance et son adolescence dans le val Muggio. En 1723, il épousa Maria Caterina Fontana, fille de Rocco Fontana, maître en bâtiment actif à Rome. Le couple eut quatre fils: Pietro Matteo, Rocco, Giovanni Battista et Giacomo Cantoni, qui consolidèrent par la suite la renommée de l'atelier familial et les relations établies par leur père avec les grands commanditaires.

Vue de la voûte centrale de l’église Saint-Torpès à Gênes. Décor en stuc de Francesco Maria Cantoni, 1732-1733 (Archivio fotografico Sagep Editori, Gênes; photographie Ernesto Corsani, 2013).
Vue de la voûte centrale de l’église Saint-Torpès à Gênes. Décor en stuc de Francesco Maria Cantoni, 1732-1733 (Archivio fotografico Sagep Editori, Gênes; photographie Ernesto Corsani, 2013). […]

Vers 20 ans, Francesco Maria Cantoni retourna à Gênes pour compléter son apprentissage de stucateur, activité pour laquelle il montra une grande aptitude. Devenu l'un des acteurs majeurs dans l'art des stucs, il fut chargé de la décoration des palais et des églises les plus prestigieux de la ville, ainsi que de l'ornementation de résidences de campagne et d'oratoires situés dans le proche arrière-pays génois (maestranze). Parmi ses nombreux travaux, réalisés en collaboration avec d'importants architectes, fresquistes et spécialistes des perspectives architecturales (quadratura) figurent la chapelle de la famille Moro dans l'église Saint-Etienne à Mossanzonico (près de Dongo dans la région de Côme, 1724) et les stucs dans les églises Sainte-Claire et Saint-Ambroise à Gênes (1724-1725), où œuvrèrent respectivement les peintres Francesco Costa et Lorenzo De Ferrari. Cantoni, qui participa également à la construction de la galerie des miroirs du Palazzo Balbi-Durazzo, aujourd'hui Palazzo Reale (1725), réalisa en outre l'autel de l'église du Saint-Esprit (1728), toute la décoration de l'église nobiliaire Saint-Torpès (1732-1733, projet de l'architecte Giovanni Antonio Ricca le Jeune avec lequel il collabora pendant de longues années), ainsi que les chapelles de l'église Saint-Roch à Ognio dans le val Fontanabuona (1734). Ensuite, entre 1738 et 1741, probablement à l'invitation des Moretti, maîtres en bâtiment et stucateurs actifs en Allemagne et en Belgique, Francesco Maria Cantoni se rendit avec son fils aîné Pietro Matteo à Aix-la-Chapelle, Malmedy et Liège, où il exécuta les stucs du plafond du palais du Conseil. De retour à Gênes, il décora les façades du Palazzo Rosso (1743, réalisant les protomés léonins) et de la villa de plaisance d'Albaro, résidences des marquis Brignole Sale. Plus tard, il s'occupa de trois salons du Palazzo Ferretto (1753) et travailla à nouveau au Palazzo Balbi-Durazzo (1755). Rentré définitivement à Cabbio en 1756, où il mourut en 1772, Francesco Maria Cantoni laissa un important héritage matériel et culturel à ses enfants.

Vue du salon aux miroirs du Palazzo Ferretto à Gênes. Décor en stuc rehaussé d’or de Francesco Maria Cantoni, 1753 (Archivio fotografico Sagep Editori, Gênes; photographie Ernesto Corsani, 2013).
Vue du salon aux miroirs du Palazzo Ferretto à Gênes. Décor en stuc rehaussé d’or de Francesco Maria Cantoni, 1753 (Archivio fotografico Sagep Editori, Gênes; photographie Ernesto Corsani, 2013). […]

Sources et bibliographie

  • Archivio di Stato di Genova, Gênes, Fondo Notai antichi.
  • Archivio storico del Comune di Genova, Gênes, Fondo Brignole Sale.
  • Leoncini, Luca: Museo di Palazzo Reale, Genova. Catalogo generale, vol. 32012.
  • Bianchi, Stefania: I cantieri dei Cantoni. Relazioni, opere, vicissitudini di una famiglia della Svizzera italiana in Liguria (secoli XVI-XVIII), 2013.
Liens
En bref
Variante(s)
Francesco Cantone
Francesco Cantoni
Francesco Maria Cantone
Appartenance familiale
Dates biographiques ∗︎ 22.3.1699 ✝︎ 18.7.1772

Suggestion de citation

Stefania Bianchi: "Cantoni, Francesco Maria", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 18.10.2022, traduit de l’italien. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/059611/2022-10-18/, consulté le 17.04.2024.