de fr it

RösliNäf

9.5.1911 à Glaris, 15.9.1996 à Glaris, protestante, de Tuggen. Infirmière, directrice d'un foyer pour enfants dans la France de Vichy et passeuse pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Portrait photographique de Rösli Näf, vers 1950 (United States Holocaust Memorial Museum, Washington D.C., prêt de Vera Friedländer).
Portrait photographique de Rösli Näf, vers 1950 (United States Holocaust Memorial Museum, Washington D.C., prêt de Vera Friedländer).

Rösli Näf, fille de Peter Alois Näf, contrôleur de train, et de Rosa née Sieber, grandit à Glaris avec ses trois frères et sœurs. Elle resta célibataire et n'eut pas d'enfants. Après l'école secondaire, elle fut domestique à Genève et Lugano avant de séjourner pendant deux ans en Angleterre dès 1929. De retour en Suisse, elle suivit une formation d'infirmière psychiatrique dans une clinique privée à Meiringen (1931-1932), puis au Burghölzli à Zurich. Entre 1934 et 1939, Rösli Näf travailla dans l'hôpital d'Albert Schweitzer à Lambaréné (Afrique équatoriale française, aujourd'hui Gabon). Elle dirigea ensuite le foyer pour enfants de La Hille, près de Toulouse, où étaient hébergés principalement des jeunes juifs (1941-1943). Fondée par le Cartel suisse de secours aux enfants victimes de la guerre, à partir du début de 1942 l'institution passa sous le contrôle du Secours aux enfants de la Croix-Rouge suisse (CRS). Au cours de l'été 1942, la direction réussit à obtenir des visas d'entrée aux Etats-Unis pour 22 jeunes gens. Lorsqu'en août 1942 une quarantaine d'enfants et d'adolescents et trois employés du foyer, tous juifs, furent arrêtés et emmenés au camp d'internement du Vernet, Rösli Näf, Maurice Dubois, délégué de la CRS à Toulouse, et son épouse Ellenor empêchèrent leur déportation vers un centre d'extermination. A Berne, Rösli Näf tenta en vain de convaincre le responsable du Secours aux enfants de la CRS, Hugo Remund, de la nécessité d'accueillir dans la Confédération les jeunes en danger. En décembre 1942, devant une nouvelle menace de déportation, elle aida, avec le soutien de Germaine Hommel et Renée Farny, collaboratrices de la CRS, de nombreux enfants et adolescents à s'échapper et à passer illégalement en Suisse en petits groupes. Elle défia ainsi les directives officielles de la CRS. L'opération fut découverte lorsque des policiers allemands et français arrêtèrent un groupe de réfugiés. La CRS ne considéra pas l'engagement de Rösli Näf comme un acte humanitaire, mais l'interpréta comme une violation de ses règles et la licencia.

La filière (extrait), 1987. Film, 37 minutes, Jacqueline Veuve (ARCHIPROD, Genève).
La filière (extrait), 1987. Film, 37 minutes, Jacqueline Veuve (ARCHIPROD, Genève). […]

Rentrée en Suisse, elle s'occupa d'une colonie pour enfants étrangers à Oberägeri et de réfugiés adultes à Genève. Elle participa en outre à la création du foyer de formation populaire de Neukirch an der Thur. Après la fin de la guerre, Rösli Näf vécut pendant de nombreuses années dans une ferme au Danemark, qu'elle exploita avec une connaissance. Pendant l'hiver 1953-1954, elle séjourna à nouveau à Lambaréné. En 1987, elle s'installa à Glaris, où elle s'occupa de personnes malades et âgées de son proche entourage. Par modestie, elle refusa en 1989 d'être honorée comme Juste parmi les nations au mémorial de Yad Vashem à Jérusalem. Ce n'est qu'en 1992, lorsque le titre fut également attribué à Germaine Hommel, qu'elle l'accepta. Rösli Näf fut réhabilitée par la CRS deux ans après sa mort (1998).

Sources et bibliographie

  • Archiv für Zeitgeschichte, ETH-Zürich, Zurich, Biographische Sammlung, Rösli Näf.
  • Archiv Gosteli-Foundation, Worblaufen, Rösli Näf.
  • Im Hof-Piguet, Anne-Marie: La filière. En France occupée, 1942-1944, 1985 (20193).
  • Schmidlin, Antonia: Eine andere Schweiz. Helferinnen, Kriegskinder und humanitäre Politik 1933-1942, 1999.
  • Friedländer, Vera: Die Kinder von La Hille. Flucht und Rettung vor der Deportation, 2004.
  • Schmidlin, Antonia: «Eine der "mutigen, heldenhaften Frauen, zu denen unsere Heimat aufblickt". Rösli Näf», in: Kanyar Becker, Helena (éd.): Vergessene Frauen. Humanitäre Kinderhilfe und offizielle Flüchtlingspolitik 1917-1948, 2010, pp. 152-170.
  • Südostschweiz, 1.9.2013; 30.8.2016.
  • Bremer, Yves: «Rösli Näf, die Schweizer Kinderhilfe und der Zweite Weltkrieg», in: Bildungs- und Kulturdepartement des Kantons Luzern (éd.): Menschen mit Zivilcourage. Mut, Widerstand und verantwortliches Handeln in Geschichte und Gegenwart, éd. par Julia Müller, 2015, pp. 103-112.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Variante(s)
Rosa Näf (nom de naissance)
Dates biographiques ∗︎ 9.5.1911 ✝︎ 15.9.1996

Suggestion de citation

Susanne Peter-Kubli: "Näf, Rösli", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 04.11.2021, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/060085/2021-11-04/, consulté le 03.12.2022.